Accueil > Expositions en ligne > Le doc du mois > Le doc de juillet 2013

Expositions en ligne

Réduire les caractèresAugmenter les caractèresAugmenter les contrastes en inversant les couleursImprimer

Le doc de juillet 2013

Plage sur les bords de Loire (1925-1930). AM Blois, 5 Fi 268.

Une plage aux Grouëts ? (1925-1930).

À première vue, cette carte postale nous laisserait penser qu'une grande plage se trouvait aux Grouëts vers 1925-1930 mais à y regarder de plus près, le montage de deux vues distinctes se dévoile.
La première a bel et bien été prise en aval de Blois au niveau de la grève des Oiseaux (entre le début de la Levée des Grouëts et la rue des Moriers où deux bâtisses ont porté le nom de closerie des Oiseaux). On en voit toujours les traces en empruntant le chemin de randonnée qui longe la Loire et est accessible non loin de l'arrêt de bus du Relais fleuri.
Il est plus difficile de certifier que le deuxième cliché a été pris dans notre ville mais si tel est le cas, il a pu capturer l'une des baignades qui se sont succédé de la fin du XIXe siècle à la fin de la guerre 1939-1945 avant que le projet d'une piscine municipale ne soit sur les rails.
En effet, les baignades sauvages sur les grèves ont été de moins en moins bien vues au fil des ans, tant pour une question de décence qu'à cause des décès par noyade dont le nombre augmentait durant les mois de juillet et août. Cela a incité les pouvoirs publics, dès le début des années 1800, à réglementer cette pratique et à autoriser la création de bains aménagés et d'une école de natation.
Cette dernière eut beaucoup de succès dans la seconde moitié du XIXe siècle mais les événements conduisirent à la disparation des bains aménagés en Loire à Blois à la fin du siècle. Il fallut attendre 1904 pour qu'un nouveau traité avec Edmond Béguet, batelier quai de La Saussaye, rétablisse bains et école de natation qui perdurèrent jusqu'en 1931 sur la rive droite, au bas du Mail, en face de la rue de la Levée.
Le Club nautique blésois obtint ensuite l'installation d'un bain et d'une plage aux Tuileries en attendant que son projet de piscine aboutisse en juillet 1934 : un bassin délimité entre la prise d'eau de Loire et le Mail, avec une plage artificielle de sable fin de 3000 m2. Dans le même temps, l'Association amicale de la jeunesse blésoise (AAJB) installait sur son stade de Vienne une plage artificielle pour les enfants.
Cependant, comme en témoignent les journaux de l'époque, les amateurs de baignade sauvage persistèrent à fréquenter les grèves comme celle des Grouëts, qui semblait être un lieu de rendez-vous populaire et familial...

Voir d'autres Docs du mois


Ville de Blois

+ Plan du site

+ Contact

+ Crédits et mentions légales